UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Marie Ndiaye goncourtisée

    Ndiaye3.jpg

    Romancière pur-sang du quarté final, elle a dominé la rentrée avec ses Trois femmes puissantes.

    Cette petite bonne femme a l’étoffe d’une grande romancière, se dit-on en lisant Trois femmes puissantes, huit ans après Rosie Carpe qui lui valut le Prix Femina 2001, un début de notoriété publique et l’indépendance financière. Ecrivain de race dès son premier livre, cette bonne élève de mère française et de père sénégalais entra à dix-huit ans dans la prestigieuse écurie de Jérôme Lindon, aux éditions de Minuit, avec un livre intitulé Quant au riche avenir et cousu d’une seule phrase, plus chic tu meurs. Neuf ouvrages, fictions et théâtre, suivirent à la même enseigne, ses pièces (vues en nos régions) entrèrent au répertoire de la Comédie-Française et, surtout, l’écrivain évolua sans discontinuer, se fit moins « littéraire », plus en phase avec le monde et le traduisant de plus en plus librement avec un grand art de « médium ».
    Son dernier roman, à cet égard, saisit par la pâte humaine de ses personnages et l’empathie profonde avec laquelle elle en retrace les destinées, sur fond de déracinement et d’humiliations vécues par des femmes et des hommes de notre temps. On pense à l’immense V.S. Naipaul, Nobel de littérature 2001, en lisant Trois femmes puissantes, et parfois à la Duras « annamite» ou au Simenon « africain », pour son écriture ou pour ses atmosphères et ses coups de sonde dans la psychologie conflictuelle des protagonistes. Une certaine magie, des oiseaux plus ou moins inquiétants et des dérives au bord des gouffres de la folie et du meurtre imprègnent en outre le roman de leur inquiétante étrangeté, dont on ressort ému et « sonné ».
    La première histoire de ce triptyque marque les retrouvailles de Norah, Sénégalaise devenue avocate à Paris, convoquée par son père despote (et non moins déchu) à Dakar où elle est censée défendre son frère qui s’accuse du meurtre de sa belle-mère et amante. Mais la vérité, manipulée par le terrible patriarche déchu, reste à démêler…
    Non moins retors, Rudy Descas, le prof blanc du lycée Mermoz de Dakar, qui a séduit la jeune Fanta et lui a fait miroiter un avenir meilleur en France, se retrouve là dans la peau d’un déclassé minable, entre sa femme dépitée qui le rejette et sa mère fondue en mystique débile.
    Enfin, le plus triste sort est vécu par Khady Demba, entr’aperçue dans la première histoire et retrouvée dans une accablante suite d’épisodes au fil desquels, après la mort prématurée de son conjoint la laissant sans enfant, elle va vivre le calvaire des « damnés de la terre » en quête de lendemains qui chantent.
    Or, sans préjugés politiquement corrects, remarquable par sa façon de percevoir les moindres mouvements affectifs de ses personnages, en relation avec leurs démêlés économiques, Marie Ndiaye brosse des portraits qui saisissent par leur caractère quasi symbolique et par leur vibration personnelle. Avec des vues pénétrantes sur le chantage affectif à base de calcul, la tyrannie douce ou le charme destructeur, notamment, la romancière justifie implicitement son titre en suggérant que la vraie puissance est, plus que force imposée: confiance inébranlable en soi et en la vie…
    Marie Ndiaye. Trois femmes puissantes. Gallimard, 316p.

  • Classieux

    PanopticonC3.jpg

    …Yep, c’est clair que ça pèche un peu niveau pédicure, lui faudrait un Bon gratos pour une séance chez Top Nails, mais à part ça tu vises le maintien: un front d’orteils qui s’accroche et l’autre qui se la joue lâcher-prise, c’est toute une philosophie, ça, tu pourrais dire que c’est à l’antique, genre Sénèque, mais pourquoi pas Cour de Versailles sous le Roi-Soleil ? En tout cas au G7 on a encore du chemin question posture, lol…

    Image : Philip Seelen  

  • Ceux qui s’accrochent

    Panpticon450.jpg
    Celui qui n’en finit pas de chantonner en dépit des coups du sort successifs qui l’accablent sans répit / Celle qu’on taxe de sac de nœuds sans qu’elle parvienne pour autant à nouer les deux bouts / Ceux qui remontent la pente en train de s’effondrer / Celui qui ne voit plus sa partition d’accordéoniste mendiant amnésique / Celle qui s’éloigne peu à peu de ses semblables tout en devenant de plus en plus réelle grâce à la peinture d’après nature / Ceux qui ne s’en laissent pas conter en dépit de leur amabilité positivement irénique / Celui qui en reste à l’argentique pour une simple question d’odeur lui rappelant ses grandes années dans le sillage des Salgado et consorts / Celle qui cherche à dire de plus en plus de choses avec de moins en moins de mots / Ceux qui ont retrouvé leur potentiel préhistorique en décrochant de la DG / Celui qui évoque son corps glorieux à venir comme s’il l’avait aperçu dans le grand miroir du troquet du coin / Celle qui se dit hérétique envers toute religion sauf celle du farniente avec un bon bouquin et peut -être un mec pour faire bon poids / Ceux qui finissent par en venir aux mains au terme de la nuit qu’ils ont passée à discuter de la résurrection / Celui qui s’accroche au sexe pour ne pas perdre le contact / Celle qui est revenue de La Guadeloupe où son amant créole l’a plumée pour se consacrer à fond à son jardin d’enfants réadapté selon la méthode de La Garanderie / Ceux qui sont tellement tendres qu’on les dit de l’autre bord ce qu’ils sont parfois d’ailleurs c’est humain / Celui qui était tellement accroché à son fauteuil directorial qu’on a dû l’en détacher au fer à souder / Celle qui dit comme ça mais je m’accroche mais je m’accroche et qui s’accroche en effet alors que tu t’impatientes de baiser enfin sa cousine qui menace de s’en aller si l'autre reste / Ceux qui sont fort attachés à la vie et aux gens mais ne donneraient pas leur fils unique pour sauver ce merdier, etc.

    Image: Philip Seelen

  • Le blues de l’âge

    Rodgers17.jpgÀ propos d’ Exit le fantôme de Philip Roth
    Le plus grand romancier américain vivant est à la fois le plus ample chroniqueur de l’Amérique contemporaine. Héritier des monstres sacrés de la génération précédente (de Faulkner et Hemingway à Thomas Wolfe ou John Dos Passos), Roth a d’abord fait figure d’enfant terrible du milieu juif new yorkais, notamment avec Portnoy et son complexe (paru en 1967, 5 millions d’exemplaires à ce jour) exacerbant les thèmes de la mère castratrice, des obsessions inavouables, de la guerre des sexes et des grands idéaux de la fin des sixties. Loin de s’en tenir à cette étiquette de rebelle juif, l’auteur de L’Ecrivain fantôme, qui marqua la première apparition de Nathan Zuckerman, son double romanesque, a développé une œuvre de plus en plus ouverte à l’observation ironique et poreuse de la société en mutation. Excellant dans la comédie de mœurs, l’observation des déboires du couple et les séquelles du conformisme de masse, Roth a signé en 1991, après une dizaine de romans plus ou moins marquants (dont Opération Shylock), un très bel hommage à son père, petit artisan industrieux de Newark, sous le titre éloquent de Patrimoine.
    Dans la foulée de cette reconnaissance symbolique, et plus encore après l’épreuve décisive qu’a constitué son cancer, Philip Roth a connu un véritable second souffle romanesque. Dès Pastorale américaine, couronnée par le Prix Pulitzer en 1998 et par le Prix du meilleur livre étranger en France, le registre du romancier s'ouvrait ainsi soudain aux dimensions de l'histoire du XXe siècle revisitée avec un œil balzacien, des grisantes années cinquante aux premiers temps du terrorisme des seventies incarné par une jeune révoltée, fille d'un héros de la patrie.
    Après ce roman magistral, qu'on pourrait dire celui du rêve américain fracassé, Philip Roth continua de sonder celui-ci en abordant, avec J'ai épousé un communiste, la sombre époque du maccarthysme. Enfin, La tache conclut en beauté ce triptyque d’un auteur au sommet de son art. L’on y voit Nathan Zuckerman, opéré d’un cancer de la prostate, incontinent et impuissant, qui se met à l'écoute d'un vieux doyen d'université poursuivi pour attentat au « politiquement correct » à l’époque des frasques sexuelles de Bill Clinton.
    Dans un tout autre registre, Philip Roth est revenu en 2006 au premier plan de la scène littéraire avec Le complot contre l’Amérique, étonnante projection d’histoire-fiction où il imaginait la prise de pouvoir des nazis américains, sous la présidence du héros national Charles Lindbergh, vue par l’enfant que Roth aurait pu être ! Consacré meilleur livre de l’année par la prestigieuse New York Times Book Review, ce 25e roman de Roth fut suivi par La bête qui meurt, première variation en mineur sur le thème du désarroi vital du « professeur de désir », avant Un Homme et Exit le fantôme, marquant l’accomplissement mélancolique du grand cycle existentiel de Nathan Zuckerman. À relever enfin que Philip Roth, couvert de récompenses dès son premier livre, est « nobélisable » et recalé depuis des années. Ces jours prochains, L’Académie de Stockholm pourrait réparer une injustice…

    Roth5.jpgAvec notre bon souvenir, merci la vie…
    C’est un sentiment tendre et douloureux à la fois, mais vif aussi, et plein de reconnaissance « malgré tout », qui se dégage d’ Exit le fantôme, dont le titre renvoie au « fantôme » amical qu’aura été pour l’auteur l’écrivain Nathan Zuckerman, son double romanesque. Depuis Pastorale américaine, c’est cependant un Nathan plus attachant que le « professeur de désir » de naguère que les lecteurs de La Contrevie auront retrouvé, fragilisé par la maladie et soucieux de renouer avec ceux qui, en amont, ont le plus compté pour lui. Dans ce dernier roman du cycle, c’est ainsi le grand écrivain E.I. Lonoff, inspiré par ses amis Singer et Malamud, que Nathan évoque parallèlement à celle de la dernière amie de son mentor disparu : la délicieuse Amy Bellette. Complices dans l’épreuve physique (il porte des couches-culottes, elle une méchante cicatrice à son crâne à moitié tondu), ils font front commun contre un terrifiant emmerdeur, biographe jeune et mufle, du genre à vampiriser un auteur dans la seule idée de se tailler une gloire personnelle. Entre Amy et Jamie, la belle écrivaine si désirable, flanquée d’un mari falot, avec lesquels il procède à un échange de logis (elle est impatiente de fuir New York sous menace islamique, et lui curieux de se retremper dans la Grande Pomme après des années d’exil volontaire), l’insupportable Richard et Lonoff à l’état de présence imaginaire, Nathan Zuckerman nous entraîne dans un dernier inventaire de ce qui aura le plus compté dans sa vie – dans nos vies à tous…

    Philip Roth. Exit le fantôme. Traduit de l’anglais (USA) par Marie-Claude Pasquier. Gallimard, collection « Du monde entier », 327p.

    Peinture: Terry Rodgers.

  • Ceux qui se déploient

    PanopticonA102.jpg

    Celui qui s’impatiente de voir le cousin Pauliet faire son coming out familial qui lui permettra de l’enfoncer et de récupérer la tutelle très lucrative de l’orpheline morose / Celle qui n’en peut plus de faire le pied de grue devant l’agence de recrutement des Filles de Rêve / Ceux qui s’exercent à parler dans le micro en se servant du pommeau de la douche / Celui qui s’est précipité à la caisse de la FNAC pour se réserver un billet au prochain concert de Patrick Juvet avec lequel il faisait des concours du plus joli pinocchio à la piscine de Montreux dans les années 1960 ou un peu après / Celle qui trépigne dans la file des majorettes pressenties pour le badge assez recherché dans le canton de Joyeuse Rainette / Ceux qui courent à leur perte sans se douter que celle-ci passera complètement inaperçue au motif du séisme qui va ravager tous les comtés sud de l’Union / Celui qui affirme que la reconnaissance médiatique de sa chienne ventriloque relève désormais de l’urgence / Celle qui a acquis un style tout personnel dans la rédaction des demandes d’emploi qu’elle sait devoir finir au panier / Ceux qui obsolétisent les fausses bonnes idées d’avant-hier pour mieux maximiser celles d’après-demain / Celui qui se dit le TGV de l’amour au bureau / Celle qui a mis fin à l’agitation de la fourmilière en déployant la brigade des Amazones Casquées / Ceux dont les rêves sont autant d’émeutes, etc
    Image: Philip Seelen

  • Lionel Baier précise...

    Baier.jpg

    Polanski et Chaplin « invités » à la Cinémathèque: deux projections en une soirée sans intention polémique

    L’annonce d’une Soirée Roman Polanski, programmée mercredi soir prochain à la Cinémathèque suisse, un mois après l’entrée en fonction de Frédéric Maire, va sans doute faire quelques vagues. Le nouveau directeur avait annoncé son intention de ramener l’institution au coeur de la cité et de défendre un programme plus en phase avec l’actualité, ce qu’illustre en effet l’affiche, très alléchante d’ailleurs, de novembre et décembre. Or, en quoi consiste plus précisément cette première manifestation « spéciale » ?
    Deux films au programme : un court métrage d’école de Polanski, datant de 1961, intitulé Le gros et le maigre et traitant du thème de la liberté réelle ou illusoire, et Un roi à New York de Charlie Chaplin, tourné en 1957 et brocardant le puritanisme de l’Amérique en pleine période de chasse aux sorcières.
    Rapprochement opportun ? Défi polémique que cette soirée mise sur pied par le nouveau directeur d’entente avec le critique François Albera, professeur de cinéma, et Lionel Baier, réalisateur en vue et responsable de l’unité cinéma à l’Ecal ?
    « Notre intention n’est pas d’entrer en matière sur l’ « affaire » en cours ni de prendre parti », déclare Lionel Baier, mais de montrer des films de grands réalisateurs qui furent aussi des hommes en fuite. De Polanski, nous avons choisi un court métrage qui traite ce thème de la fuite tel qu’il l’a vécu toute sa vie, avec son rapport personnel compliqué entre réel et fantasme, omniprésent dans son oeuvre. Comme la Cinémathèque lui a déjà rendu hommage et que nombre des ses films sont disponibles en DVD, le choix de ce film peu connu nous semblait plus opportun. Et pour Chaplin, il nous a semblé intéressant de rappeler qu’il fut lui aussi très critiqué pour son mariage avec une mineure et en butte aux persécutions, harcelé même au point d’être contraint à l’exil. Tourné en 1957 à Londres, mais projeté aux Etats-Unis en 1973 seulement, le film montre également le rôle joué par les médias dans l’Amérique des années 50 ».
    Si les initiateurs de cette soirée se défendent de plaider pour le Polanski pédophile, ils entendent rendre justice à deux créateurs en ouvrant le débat en fin de séance. On espère le coeur de Frédéric Maire mieux accroché que celui de Jacques Chessex en cas de prise de bec...
    Lausanne. Cinémathèque suisse, le 4 novembre à 20h.30.


    Ce papier a paru dans l'édition de 24Heures du samedi 30 octobre 2009

    Les premières réactions sur le site de 24Heures:

    "Il y a longtemps que la Cinémathèque suisse est disqualifIée. Faire aujourd'hui l'apologie d'un cinéaste pédophile est au niveau des valeurs morales de ses dirigeants. Je propose de revoir le financement de cette organisation, et, le cas échéant, de supprimer les subsides, jusqu'à que les responsables de cette triste organisation reviennent à des causes plus défendables. Malheureusement, la censure ne se fait pas où elle serait urgente..." Signé: andré marcel

    "Nauséabond de faire une soirée "revival" dans le contexte actuel et indiquer de plus que celle-ci n'est pas une "soirée de soutien" ni une "pièce au dossier" correspond à prendre les clients de la Cinémathèque pour des imbéciles. Car il s'agit bien de surfer sur une vague populiste dont la Cinéathèque ferait bien de se passer. Signé: clint

    "Très bien, comme cela il va gagner de l'argent et pourra payer ses frais de justice en Suisse. Mais bon, doit-on faire un cadeau à un criminel !!!!" Signé: gcdecomprendre

  • Polanski à la Cinémathèque suisse

    Polanski2.jpg

     

    Il se passe quelque chose à la Cinémathèque suisse depuis sa reprise, au début d'octobre 2009, par Frédéric Maire, ex-directeur artistique du Festival de Locarno.
    Consultez le nouveau programme de novembre-décembre élaboré par Jacques Mühlethaler et Norbert Creutz: formidable ! De la rétrospective consacrée à Robert Guédiguian (11 films) au cycle consacré à la chute du Mur de Berlin (16 films à découvrir ou revoir), ou de la série Répertoire rassemblant, à l'enseigne de Cinéma ! Cinéma !, une treizaine de films à découvrir par les têtes blondes et revoir ou discuter (Intervista de Fellini, The Last Tycoon, La nuit américaine de Truffaut, Epidemic de Lars von Trier, F for Fake de Wells, etc), en passant par un hommage éclatant à Sophia Loren, une sélection de films pour les fêtes (si, si), des approches de John Ford et une série de films plus ou moins mythiques dans la section Histoire permanente du cinéma, (tels Le sheik blanc de Fellini, Vivre de Kurosawa, The Big Sky de Hawks, Madame de... d'Ophüls, Umberto D. de De Sica ou Singin' in the rain de Stanley Donen), l'offre en impose par sa variété et son intérêt à de multiples égards. Et je suis loin d'avoir mentionné toutes les rubriques dont l'ancrage plus "local" n'est pas le moins appréciable, tel l'accueil du légendaire ciné-club de Pontarlier avec Pierre Blondeau, son directeur aveugle...

    Dans l'immédiat, saluons cette inititiative opportune et qu'on espère ouverte à un débat non partisan, consistant en une Soirée Roman Polanski.

    Plus précisément, François Albera (professeur à la Section d'histoire et esthétique du cinéma, Université de Lausanne), Lionel Baier (cinéaste et responsable de l'Unité de cinéma à l'Ecole cantonale d'art de Lausanne) et Frédéric Maire (directeur de la Cinémathèque suisse), proposent une soirée de projection en marge de "l'affaire Polanski".

    le 4 novembre à 20h30, Cinémathèque suisse, Casino de Montbenon à Lausanne.

    Au programme:

    Polanski3.jpgLe gros et le maigre de Roman Polanski, 1961, 15'
    Ou comment créer l'illusion de la liberté...

    Un roi à New-York de Charles Chaplin, 1957, 1h50
    En plein maccarthysme, harcelé par les autorités des Etats-Unis, Chaplin s'établit en Europe en 1952. Quelques années plus tard, il réalise Un roi à New York, satire assez amère de la société américaine des années 50, de la «chasse aux sorcières» et du rôle joué par les médias. Le film, tourné à Londres, ne sera projeté officiellement aux Etats-Unis qu’en 1973.

    A travers cette soirée spéciale, au-delà des opinions que chacun peut avoir sur le délit commis, les organisateurs entendent à la fois rappeler la valeur du cinéaste Roman Polanski, 76 ans, dont l’importance et l’éclat ne sauraient être escamotés par les événements actuels, et évoquer les conditions de son procès initial, il y a plus de 30 ans, en Californie, ainsi que celles de son arrestation à Zurich, il y a plus d’un mois, et de son extrême médiatisation.

  • Ceux qui lisent en douce

    Lectuer25.jpg
    Celui qui bivouaque désormais dans le placard à balais de l’Entreprise où il déroule son sac de couchage après le passage du Securitas qui le salue d’un complice « Beaux Rêves Monsieur le Directeur » / Celle qu’on dit la Fée du Bidonville et qui garde son emploi de bibliothécaire avisée / Ceux qui sont imperméables aux compliments / Celui qui a démonté pièce par pièce l’ancienne guérite du chemin de fer forestier désaffecté pour la reconstruire sur le terrain vague que lui a légué son oncle Brenner / Celle qui a connu l’auteur du Lent retrait dans l’institution où il séjournait pour des raisons obscures / Ceux qu’on a brisés au nom de la Santé / Celui qui a la nostalgie du goût acide des pommes du verger oberlandais de son oncle Brenner / Celle qui se réfugie dans le tour branlante dont un rêve récurrent la met en garde sur l’état de son escalier plus que centenaire / Ceux qui complotent pour échapper au Tuteur de l’Etat / Celui qui proteste de son innocence avec la conscience nette que là gît sa Faute / Celle qui demande au gérant de fortune bronzé de lui montrer sa verge par webcam interposée sous peine de lui retirer son dossier / Ceux qui se blotissent sous la couverture de cheval pour ne plus entendre les hurlements parentaux / Celui qui n’entend même plus les remarques de ses cousines saines d’esprit / Celle qui a toujours considéré son père comme un enfant de sept ans / Ceux qui restent scandalisés par la soudaine découverte de la sexualité surgie sans crier gare au bas de leur corps très blanc / Celui qui est tellement assoiffé de gloire qu’il lui ferait minette sans se faire payer / Celle qui affirme que seul Michel Onfray l’a platoniquement prise / Ceux qui procèdent au debriefing de chacune de leurs étreintes en termes performatifs, etc.

    Image: Philip Seelen

  • Du Livre à la Toile

    PasseMu2.JPG

    À écouter: l'émission Médialogues de Martine Galland et Alain Maillard: http://www.rsr.ch/la-1ere/medialogues

    La critique des livres perd sa place dans la presse, la trouvera-t-elle sur internet?

     "De toute évidence, une société littéraire est en train de disparaître", écrit le journaliste, écrivain et blogueur Jean-Louis Kuffer dans son éditorial du Passe Muraille N0 79 d'octobre 2009.

    "Le déplacement sur la Toile va-t-il s'amplifier et se recentrer, ou au contraire se vaporiser dans une nébuleuse de parlotte?" L'avis de Jean-Louis Kuffer.

     Avec la participation de Dominique Antoine, président d'un club littéraire parisien. Mandaté par France Télévision pour développer la place laissée aux écrivains sur le Net, il produit "Interlignes", sur "curiosphère.tv", la webtv éducative de France 5.

    Avec également les commentaires de Slobodan Despot, directeur des éditions Xénia, premier éditeur en Suisse romande à faire paraître certains de ses titres en version numérique.

     ENVERS ET CONTRE TOUT

    Edito

     

    À quoi ressemblera la scène littéraire dans vingt ans ? Qu’en sera-t-il de la littérature française ?  Y aura-t-il encore des éditeurs romands ? Les médias de la prochaine génération parleront-ils encore de livres ? Un journal littéraire tel que Le Passe-Muraille aura-t-il survécu, sous cette forme, à tout ce que nous observons au seuil de l’année 2010 ?

    Ces questions se posent une nouvelle fois au vu de la dernière rentrée littéraire d’automne, marquée par la prolifération de livres parus dont seule une minorité sera remarquée et commentée, dans une aire de légitimation (surtout médiatique) de plus en plus restreinte. De toute évidence, une société littéraire est en train de disparaître, dont on ne sait ce qui la remplacera. Les revues et les journaux spécialisés de naguère, les rubriques et tous les vecteurs de la critique littéraire sont-il d’ores et déjà condamnés, où le discours sur le livre se redéployera-t-il sous d’autres formes ? Le déplacement déjà bien perceptible de sa migration sur la Toile va-t-il s’amplifier et se recentrer, ou au contraire se vaporiser dans une nébuleuse de parlote ?

    D’aucuns, non sans Schadenfreude, concluent à la fin de la culture en général, et de la littérature en particulier. Plus rien ne se ferait, selon eux, qui fût digne d’attention ; et de ne plus faire attention à rien  de ce qui se fait.

    Or, à ce catastrophisme inattentif, Le Passe-Muraille se propose de résister encore et encore par un regain, précisément, d’attention à ce qui se fait malgré la massification et la montée de l’insignifiance. Transmettre et découvrir, renouer les liens entre passé et présent, rendre justice aux œuvres oubliées, accueillir les écritures d’avenir, et qu’importe que ce soit par le Papier ou la Toile - envers et contre tout !

     

         Les carnets de JLK: http://carnetsdejlk.hautetfort.com/livre

  • Ecrits et chuchotements

    PanopticonE04.jpgEntièrement d’accord avec vous, cher confrère, il est vrai que les écrits restent et que c’est le meilleur de ce que nous fûmes, au sens où Marcel Proust le suggère dans le fameux passages des livres de Bergotte aux ailes déployées dans la vitrine de la librairie, après sa mort, et quant au mot de Saint-John Perse selon lequel un livre est la mort d’un arbre, je vous rappelle le vrai nom du poète de La Guadeloupe, enfin je vous en prie: Alexis  Léger…

    Image : Philip Seelen

  • Songerie

    PanopticonE03.jpg…Ils disent que les gens de la terre, comme ils disent (ils disent : les gens de la terre, tu t’imagines…), pensent avec leurs mains, mais tu vois les gens du coin se lever le matin avec l’idée qu’ils vont penser avec leurs mains, tu vois ça, toi, et tu les vois, toutes ces mains du soir, s’il leur fallait encore penser qu’elles pensent -allez le philosophe: allons voir ce que vaut la vendange de cette année…

    Image : Philip Seelen

  • Ceux qui se disent en recherche

    Panopticon978657.jpg

    Celui qui trouve bien plus qu’il ne cherche / Celle qui cherche la petit bête chez ses frères de l’Aréopage d’Harmonie rétifs à boire leurs propres larmes / Ceux qui ont écumé toutes les communautés spirituelle où ils pouvaient se poser quelque temps dans  un gîte si possible rural / Celui qui se dit en recherche pour en imposer aux jeunes filles diaphanes / Celle qui trouve dans la poterie tournée une similitude physique et métaphysique avec l’ivresse des derviches /Celui qui a disparu un jour du Bureau du Contentieux et qu’on aurait vu trois ans plus tard dans une tribu de Pygmées couvert de peintures d’un assez bel effet /  Celle qui vomit beaucoup avant sa première ingestion de purée de Datura et qui s’exclame WOUAOU quand elle voit enfin La Fleur s’ouvrir / Ceux qui prétendent que les stigmates de Natuzza lui viennent du canif ébréché de son beau-frère Mauro qui tient la buvette de la Colline Sainte, ingresso 2000 Lire / Celui qui regrette de n’avoir pas pu photographier l’entrée à cheval du thaumaturge Gurdjieff dans l’église de fameuse mémoire / Celle qui s’est efforcée de refaire une santé de la pauvre poétesse anorexique Kathleen Mansfield à grand  renfort de phosphate / Ceux qui  se sont mariés dans la secte de Révérend Moon avant d’opter pour la polygamie genre Mormons / Celui qui affirme que ses trois fils peuvent kiffer Benoît XVI en toute liberté pourvu qu’ils restent discrets aux réceptions de la famille Du Perron  / Celui qui te sourit de la typique façon béate des fumeurs d’herbe de la communauté de 72 dont quelques membres cultivent encore quelques plants dans leur jardin privatif de cadres moyens voire supérieurs / Celle qui impute le manque de vibes spirituelles que manifeste son amie Prune au refus de se laisser caresser sous le voile / Ceux qui pensent que quelque part Jésus le Galiléen était une sorte de chaman avant la lettre / Celui qui réécrit le Sermon sur la Montagne façon rap / Celle qui cherche la paix et la trouve dans les bras de son amant auquel elle n’aurait même pas l’idée de suggérer se brancher viagra / Ceux qui parlent à Dieu dans la forêt d’automne sans en répandre le bruit, etc.

    Image: Philip Seelen

     

  • Ceux qui songent avant l'aube

    PublieNet.jpg

    Publie.net accueille les listes de JLK. François Bon présente l'ouvrage.

     

    L’énumération est un fondement de la littérature : qu’on aille dans la Bible, avec l’inventaire du temple dans Exode, ou les généalogies, et qu’on aille chercher de quelles civilisations, de quels textes hérités. Et quel bonheur et quel émerveillement nous prend encore à Seî Shonagon et ses Notes de chevet, la capacité du coup d’entrer dans l’an 1000 du vieux Japon, et de s’y trouver comme en plein voisinage avec le médecin ivrogne, les ponts qui sont beaux et ceux qui le sont moins, les bons usages et les choses qui vous mettent en colère, comme ce crissement du cheveu pris dans la pierre à encre.

    L’énumération est toujours resté une marge active de la littérature. Parce que c’est ce que nous faisons dans nos cahiers, dans notre documentation du monde. C’est la première construction de langage pour construire et déplacer le regard. Il y en a chez Novarina, chez Perec et Roubaud, des poètes comme Bernard Bretonnière.

    Maintenant, Jean-Louis Kuffer. Que je n’ai jamais rencontré. Au départ, juste la curiosité d’un blog de critique littéraire tenu en Suisse, donc un écart, des découvertes, une attention à des auteurs qui comptent, Nicolas Bouvier le premier, évidemment, ou la découverte de Popescu, sa Symphonie du Loup.

    Mais nous tous, côté blogs, à mesure qu’on découvre l’outil et la force d’Internet, on évolue. La critique s’ouvre à la photographie, aux scènes du quotidien, aux réactions d’humeur. Le blog de Jean-Louis Kuffer a gagné en arborescence, en étalement : on parle d’une musique, d’un ciel. On y développe des correspondances.

    Et puis ses Ceux qui. Au début, un exercice un peu discret, de fond de blog. On survolait. Je m’y suis pris vraiment lorsque j’ai lu celui qui s’est intitulé Ceux qui se prennent pour des artistes. Tout d’un coup, un malaise : on reconnaît toutes les postures. La phrase est incisive, contrainte. Elle va de saut en saut dans toutes les postures du rapport qu’on a chacun à notre discipline.

    Celui qui, celle qui, ceux qui, dans mes ateliers d’écriture, je me sers fréquemment d’un texte de Saint-John Perse (le chapitre IV d’Exil) qui fonctionne sur ce principe, en l’appliquant à la généalogie de chacun, mais une généalogie sans noms propres ni chronologie. Les résultats toujours sont impressionnants : la peau du monde, les silhouettes qui le portent.

    Avec des effets connexes : peu importe, dans Saint-John Perse, qu’on comprenne ou pas. Ainsi, dans les énumérations de JLK, la phrase Celui qui a rencontré Dalida au temps où elle devint Miss Egypte devient signifiante même sans rien savoir de la protagoniste. Ainsi, et là c’est déjà dans Seî Shonagon, la juxtaposition d’éléments forts, de haute gravité, ou à teneur politique, voire subversive, et d’éléments qui tout d’un coup provoquent le rire, ou la seule légèreté (Ceux qui vivaient aux oiseaux en 1957).

    J’ai donc demandé et obtenu de Jean-Louis Kuffer qu’on développe ici ses Ceux qui. La preuve qu’une énumération tient, c’est quand sa propre table des matières devient elle aussi une prouesse de langage. Voir l’extrait feuilletable. Mais Dans une idée d’oeuvre ouverte, et la volonté de la questionner sur publie.net : à mesure que JLK continuera son écriture, on réactualise le texte initial, et vous disposez toujours de la dernière version dans votre bibliothèque personnelle. Mais aussi, que le texte édité (pour contrer le principe d’enfouissement du blog, ce que j’ai nommé fosse à bitume), renvoie en étoile aux archives du blogs non reprises dans la sélection de l’auteur (30 chapitres, quand même) ou à celles qui s’y ajouteront...

    Et bonne visite du site en développement infini de Jean-Louis Kuffer, la rubrique de ses Celui qui, celle qui, ceux qui (mais attention, il y en a de dissimulés ailleurs dans le site). Et qu’une lecture aussi vigoureusement salutaire nous arrive des ciels suisses n’est pas neutre : on s’en réjouit ici.

    François Bon

    Ceux qui songent avant l’aube l’énumération comme arme pour dire le monde Jean-Louis Kuffer 2008-10-29 80 5,50 euros publienet_KUFFER01 publie.net. http://www.publie.net

  • Ceux qui la sautent



    Panopticon7754.jpg

    Celui qui n’ose pas reconnaître qu’il n’en peut plus / Celle qui se trouve coincée entre deux chipies dans un bureau où elles se touchent chaque fois qu’elles bougent / Ceux qui attendent le verdict des RH dont la vraie appellation devrait être RI / Celui qui appelle émeraudes ces putains de varices de cul qui l’empêchent de s’asseoir droit en face de son chef quand celui-ci l’engueule de toute sa bouche à dents voraces / Celle que ses humiliations transforment peu à peu en meurtrière virtuelle / Ceux qui ont des cuisines de (faux) marbre qui ne les empêchent nullement d’en chier grave question sentiments sentimentaux / Celui qui souffre d’une pilosité excessive qui fait dire à ses collègues qu’un théologien alsacien aussi velu relève du miracle / Celle que tous appellent La Chèvre du fait que tous l’ont sautée dans la cabane des Essarts / Ceux qui se sont mutuellement reconnus comme envoyés de l’Esprit des Dominations pour pallier la dégringolade des actions de la firme Bronx & Bronx / Celui dont le bégaiement incurable et l’excessive sensibilité à la poésie romantique ont fait le souffre-douleur des rhéteurs retraités / Celle qui fleurait tellement la célibataire à dix-sept ans qu’elle a fait fortune dans la compulsion multi-conjugale / Ceux qui prétendent que le cul n’a pas d’âme mais se sentent beaucoup plus proche de L’Eternel quand ils ont tiré un coup, etc.

    Image: Philip Seelen

  • Le poids du monde

    ange blessé.jpg


    …On n'imagine pas ce que peuvent peser ces oiseaux-là, c’est vraiment pas croyable, ça a l’air poids plume tellement c’est transparent mais c’est plus lourd que tout le chagrin de tous les temps, ça a l’air léger comme du cerf-volant et c’est pourquoi les enfants se pressent de les ramasser pour la pièce, mais les enfants deviendraient vite vieux à porter longtemps ces oiseaux-là…
    Repro : Philip Seelen

     

  • Lady L. remet ça...

    lulu couché soleil mauve.jpg

     

    Où les dernière huiles sur toile de la compagne légitime de JLK, dite Lady L., qui a commencé de peindre cet été et n'a cessé depuis lors d'aggraver son cas, n'est pas sans susciter chez lui un début de jalousie - mais de bonne jalousie cela va sans dire...

     

     

     

     

    lulu couché de soleil dramatique.jpg

  • Peinture fraîche

    Luciana444.jpg

     

    Où JLK salue le talent soudain révélé de cette Lady L. dont il partage la vie depuis 27 ans et qui s'est mise à la peinture cet été. Ce que Ramuz eût sévèrement désapprouvé.


    À La Désirade, ce mardi 28 juillet. - Très touché, comme par une espèce de grâce, de voir ma bonne amie se mettre à la peinture, et y réussir aussitôt, avec ce goût instinctif et très sûr qu’elle a toujours montré dans son approche de l’art ou de la littérature. Première huile sur toile : un parapluie vert. Elle travaille avec un tablier de jardinier. Pour enchaîner avec une nature morte que je trouve très vive, et un paysage dont je devrais être jaloux et qui me ravit plutôt, à l’opposé de l’affreux Ramuz qui, dès leur mariage, interdit à sa femme peintre d’exercer son art pour se concentrer sur des travaux plus typiquement féminins…

    PS. La nature reproduite ci-contre est le premier essai pictural de Lady L. Les paysages reproduits ci-dessous évoquent les Préalpes savoyardes faisant face à La Désirade (Cornette de Bise et Grammont) et les dunes de Camperduin, aux Pays-Bas.  

     

     

     

     

     

     

    Luciana446.jpgLuciana447.jpgLuciana445.jpgLucia557.jpgLucia3333.jpgLucia556.jpglulu couché de soleil dramatique.jpg

  • Les spécialistes

    Panopticon7654.jpg

     

    ... Là c’est vraiment pas sympa de ta part, Jean-Gab, de me dire que c’est un faux, et d’abord qui t’en donne le droit ? C’est pas parce que t’as un jardinier gabonais que tu peux la ramener, t'oublies que j’ai mon bac + avec Histoire de l'Art en option, et de toute façon c’est pas classe de ta part - est-ce que je dirais, moi, que ton postiche est un vrai ?

    Image : PhilipSeelen

     

     

     

  • À l’économat

    PanopticonA24.jpg

    … Nous sommes bien d’accord Mademoiselle Dupilon : la couleur fantaisie est facteur d’optimisme, donc de rentabilité, mais les nouvelles directive de la DG sont formelles : dès la prochaine commande de l'Entreprise: retour à la bande brune et contrôle des sorties…
    Image : Philip Seelen

  • Gérontophile

    PanopticonA95.jpg

     

     

    …Ce que je sais c’est que le type s’appelle Lolito et va sur l’âge de la retraite avec ses cheveux poivre et sel, elle c’est la fameuse Humberte Humberte et tu vois son air résolu, ça blague pas, il est obligé de fermer les yeux pour pas voir le petit bois qu’il y a là-bas…

    Image : Philip Seelen

  • Ceux qui se font invisibles

    Pascal7.jpg
    Pour Pascal

    Celui qui constate avec effroi que son image disparaît du miroir au fur et à mesure qu’il avance dans la composition de son premier roman intitulé Les Invisibles / Celle qui remarque les signes indéniables d’une érection matinale chez son conjoint invisible sans rien voir pour autant ce qui s’appelle voir / Ceux qui font une réu marketing pour le lancement du roman Les invisibles en lançant des formules genre : Le livre qui se lit avec des lunettes sans verre ou Le livre qui vous rend la vue ou Le livre qui lit entre vos lignes / Celui qui devait tirer le portrait photographique de l’auteur des Invisibles et qui a passé trois fois devant lui sans le voir / Celle qu’on ne voit plus depuis que son lifting total en a fait le double d’Arielle Dombasle / Ceux qui ne peuvent pas se voir et lisent cependant Les Invisibles dans le TGV en se jetant des regards qu’eux seuls voient / Celui qui déguste une épaule de bœuf en se demandant si les clients du Buffet de la Gare se doutent qu’il est l’auteur des Invisibles / Celle qui invite l’auteur des Invisibles à son émission culte en se demandant s'il n’est pas en train de remarquer qu’elle lui fait un gringue d’enfer avec son décolleté voyant / Ceux qui ont vécu la lecture des Invisibles comme une réalisation métaphysique (disent-ils) d’un fantasme obsessionnel dont il n’osent reconnaître qu’il relève strictement de la physique du cul / Celle qui attend la réédition des Invisibles en poche pour l’offrir à son conjoint boucher en espérant qu’il la voie autrement qu’une escalope de dinde / Ceux qui n’ont pas lu Les invisibles qu’ils cherchent vainement dans le rayon des Apparitions et Miracles de la librairie Les Yeux fertiles / Celui qui panique soudain en se rendant compte qu’il n’écrira qu’un premier roman dans sa carrière encore inaperçue mais sur la bonne voie / Celle qui découvre dans la lessive dont elle s’occupe ce matin à l’Hôtel Elite que l’auteur des Invisibles qu’on a vu hier soir à la télé porte des boxers fluorescents visibles dans la pénombre de la buanderie / Ceux qui estiment que le roman Les Invisibles gagnerait en crédibilité si le protagoniste était comme tout le monde  / Celui qui fait assaut d’érudition littéraire en relevant par exemple, à l’émission Entre les signes, je cite de mémoire, que Les Invisibles, selon la formule de Michaux Henri, « effacent la gomme » / Celle qui espère toucher l’auteur assez mignon des Invisibles en lui murmurant suavement  que son livre l’a aidée à lire en lui / Ceux qui savent qu’ils ne sont réellement vus que par Dieu et qui ferment les yeux pour Lui montrer qu’ils n’en ont rien à souder etc.

    (Noté sans être vu sur un coin de nappe en papier en déjeunant avec Pascal Janovjak, auteur de L’Invisible, au Buffet de la Gare de Lausanne, ce 1er septembre, lendemain de la parution du livre…)

  • Calomnie ?

    PanopticonB12.jpg

     

    Ce Monsieur Moloch avait bonne façon, c’est tout ce que nous avons remarqué, les enfants du voisinage le trouvaient le plus gentil du quartier, jamais il ne manquait d’offrir un caramel mou à notre petite Heidi, et son chien Blondie lui ressemblait question propreté et caractère : jamais il n’aboyait que lorsqu’un individu suspect s’aventurait du côté de chez nous, donc ce qu’on dit maintenant de ce Monsieur si correct nous étonne aujourd’hui, et puis vous savez : les journaux c’est les journaux, et vous savez par qui c’est tenu les journaux…
    Image : Philip Seelen

  • La Marque

    PanopticonB89.jpg

     

    … En fait c’est ça l’image de pub qui fonctionne : c’est que ça te regarde, tu sais pas de quoi il retourne, t’as pas idée de pourquoi tu t’arrêtes, même moi par exemple qui suis mannequin dans la vitrine je sais pas pourquoi cet imagier me braque - le seul message c’est : intérêt Zéro, ce qui est une façon de parler puisque l’imagier en question, sur le Logo en question, se fera bien 1000 euros, donc ça fera la journée Zéro gagnant pour un clic…

    Image :Philip Seelen

  • Quelle crise ?

    Panopticon56655.jpg

     

     

     

    …À vrai dire il suffit de regarder les chiffres et les courbes de 2009 pour constater qu’ils et elles en sont exactement au même point qu’en 1919, année de crise majeure selon les experts, ou qu’en 1929, année de crise majeure selon les fils des experts, sans oublier l’année 1989, année de crise majeure dont les petits-fils des experts auraient permis de couper à la crise majeure de 1999, s’ils avaient été écoutés, en revenant aux principes positifs de 1919, déjà niés à l’époque comme ils le furent en 1929 mais pas en en 1949 où le Plan Marshall a bien montré ce qu’il aurait fallu faire en 1919 et en 1929 mais pas en 1939 où la plupart des petits-fils des experts restés sur le carreau en 1919 restèrent aux-même sur le carreau non sans avoir transmis à leurs propres fils les principes qui auraient dû s’inspirer du Plan Marshall en 1989, année de crise majeure comme l’a été l’année 2009 selon les experts…

    Image : Philip Seelen

  • Lumières

    Panopticon2856.jpg

     

    …Et t’appelles ça comment encore ? / On appelle ça fanal, ou falot, ou plus exactement falot tempête pour l’usage spécial qu’on en fait / Mais quand y a pas de tempête c’est une lanterne, quoi... / Une lanterne est plutôt carrée et le mot vient de lumière tandis que le mot fanal vient de feu / Mais y a pas de feu dans ce fanal, et tes lanternes tu me les ferais prendre pour des vessies, dis, tu m’éclaires pas tant ce matin, Prof de mes deux - heureusement que le jour y se lève…


    Image : Philip Seelen

  • Ceux qui élèvent le débat

     

    Panopticon1108.jpg

     

     

    Celui qui se débat dans l’absence de débat / Celle qui mène le débat dans son jacuzzi où elle a réuni divers pipoles / Ceux qui font débat d’un peu tout mais plus volontiers de rien / Celui qui ne trouve plus à parler qu’à son Rottweiler Jean-Paul / Celle qui estime qu’un entretien fissa vaut mieux que deux tu l’auras / Ceux qui ont la nostalgie des conversations des années 67 à 76 environ / Celui qui essaie de se rappeler au réveil le contenu de la dernière conversation réelle qu’il a eue dans le cadre du Club de Réflexion de l’Entreprise, qui n’existe évidemment que dans ses rêves / Celle qui n’est jamais d’accord avec celle qu’elle voudrait faire croire qu’elle est / Ceux qui ne parlent plus que pour ne rien dire / Celui que le mobbing de la cheffe de projet rend de plus en plus lucide et déterminé à frapper un jour un grand coup au moyen (par exemple) du yatagan de collection qu’il serre dans son attaché-case de garçon au-dessus de tout soupçon en dépit de ses ongles rongés jusqu’à l’os / Celle qui se sent prise dans la nasse de l’amour omnipotent de ses parents adoptifs impotents dont elle change les couches en fredonnant des airs cambodgiens / Ceux qui mènent le débat en tenant leurs kalas à portée de main en cas de contradiction patente / Celui qui est toujours d’accord avec le dernier qui le contredit mais n’en pense pas moins / Celle qui dit toujours Cela-fait-débat-faut-qu’on-travaille-la-question et s’énerve quand on lui demande de fixer une séance / Ceux qui estiment qu’une bonne guerre vaut mieux que la paix des cimetières où le débat s’enlise entre les survivants frustrés d’ils ne savent plus bien quoi / Celui qui savoure sa poule de mer / Celle qui est jalouse des pattes d’ours de l’entraîneur de son jules /Ceux qui carburent à l’eau plate afin d’optimiser leur chance de désamorcer le faux débat / Celui qui est tellement habitué à dissimuler son opinion qu’il ne sait plus ce qu’il défend au juste / Celle qui croit élever le débat en citant le plus souvent Levinas / Ceux qui font avancer le débat en invoquant l’heure du cocktail / Celui qui estime que le débat sur le voile dévoile l’impossibilité du vrai débat que toutes les parties se voilent / Celle qui affirme que le parlé de son senti ne traduira vraiment son exister que si elle lâche la bride à son refoulé jusqu’au cri primal s’il le faut malgré les minces cloisons du bureau / Ceux qui devisent volontiers avec les oiseaux invisibles de la serre où cohabitent les positions philosophiques les plus variées, etc.     

     

    Image: Philippe Seelen      

  • Adieu poète

    Casa.jpg

    Deux poèmes de Maurice Chappaz

    Comptine des poètes absents

    Revenez, revenez du futur
    mélancoliques frères,
    revenez à la pluie quotidienne,
    revenez vous abriter sous l’auvent,
    allons prenez de l’embonpoint
    comme les curés, les passe-crassanes,
    ne bougez pas au soleil.
    Laissez flâner la pluie
    sur l’écorce.
    Vous êtes toujours loin,
    vous allez chez les morts,
    vous parlez aussi à des bonshommes
    qui ne sont pas encore nés.
    Mais vous risquez de perdre en route
    votre sac plein d’âmes.
    Et de sécher au lieu de mûrir.
    Envoyez-nous une carte
    d’Assise ou d’Egypte.
    Priez je vous le dis
    toute la nuit.
    Tuez les mots
    pour faire naître les images
    et puis sacrifiez les images
    pour connaître le sens.
    Et si votre espace intérieur
    ne se remplit d’univers
    revenez, revenez, insensés…
    à la petite maison
    et aux bons poiriers.

     

    Le Litre d’ombre

    Sur la table
    un nuage dans un litre,
    je ne désire rien de plus.
    Mais l’épicier du coin,
    les temps sont durs,
    a dû devenir espion pour vivre.

    Oh ! je ne comprends pas,
    J’étudie beaucoup ;
    en chemin j’ai rencontré deux marguerites
    dans le jardin de l’hôpital.
    Elles me disaient : « Ils n’ont pas supprimé la Mort
    Vêts-toi de blanc
    et sois tendre malgré tout,
    nous sommes des fleurs de là-bas,
    la patrie que nul n’aperçoit :
    … c’est la terre ».

    Rues et rues, étoiles bouillantes.
    L’apostrophe des motos !
    L’eau de l’évier
    sur la motte de beurre en chaleur.
    Qu’est-ce que l’amour ?
    Depuis que ce quartier a été bâti
    je me retourne dans mon lit :
    partout la violence du rat.
    Je désire dormir,
    je désire ne pas être.


    De ma fenêtre
    les garages montent au ciel,
    les librairies-pâtisseries
    voisinent avec les fabriques de marteaux-pilons.
    Elle bourdonne, notre ruche !
    et dans la millième alvéole : un poète
    Un seul mot sur sa feuille de papier :
    Silence !

    Je suis chanoine à l’Eglise de Saint-Ogre ;
    Je suis gros et gras ;
    Je cultive mes immeubles locatifs.
    Dieu n’existe pas
    mais le journal et le chocolat glacé.

    M.C.

    Maurice Chappaz. Pages choisies II. L’Age d’Homme, Poche suisse, no145.
    Cascade.jpg

  • La Sainte

     PanopticonB102.jpg

     …Allons Soeur Gudule, c’est assez pour aujourd’hui : avec sept guérisons miraculeuses, trois heures de lévitation homologuées par les Services du Diocèse  et quelques extases inopinées nous devons être vannée, et je ne compte pas le stress de vos prestations vocales à la multitude surexcitée, bref nous devons nous reposer un peu maintenant que le jour décline - rentrons donc gentiment en cellule…

    Image: Philip Seelen

     

  • Damned

    PanopticonB107.jpg

     

     

    … Or donc a-t-on jamais vu CELA, rêvons-nous mon fils, hallucinons-nous, n’avons-nous pas la berlue, CELA ne nous arrive-t-il pas sus à grand tagadam, ne sentez-vous point mon fils votre poil s’hérisser, CELA n’est-il pas en imminence de réaliser la parole du Prophète selon laquelle CELA s’accomplira –  de Dieu si CELA craint !

    Image : Philip Seelen     

  • Le Passe-Muraille nouveau

    PasseMu2.JPG

     

    Une revue littéraire, du papier à la Toile

     ° La 79e livraison du Passe-Muraille vient de paraître. L'ouverture en est consacrée à un témoignage de Charles-Henri Favrod, grand voyageur lui-même, fondateur du Musée pour la photographie de l'Elysée, à Lausanne, et proche de la grande dame de Chandolin. René Zahnd présente l'exposition permanente installée à Chandolin (le plus haut village d'Europe) dans la chapelle Sainte-Barbe, et le dernier livre paru chez Zoé, rassemblant les reportages d'Ella Maillart, Envoyée spéciale en Mandchourie.

    ° Une page du numéro est consacrée au dernier recueil d'essais de Pietro Citati, grand critique italien dont a paru récemment Le mal absolu; au coeur du roman du XIXe siècle, chez L'Arpenteur. En Italie, c'est La Malattia dell'infinito, consacré à la littérature du XXe siècle, qui vient d'être publié chez Mondadori et que commente notre collaborateur Fabio Ciaralli.

    ° Un hommage, en dernière page, est rendu à Louis Calaferte par Antonin Moeri, évoquant la part vertigineuse  de l'oeuvre, sous l'aspect de l'érotisme.

    ° La rentrée littéraire 2009 fait l'objet de nombreux articles et chroniques, notamment sur Jayne Anne Phililps, Colum McCann, Carlos Ruiz Zafon, Noëlle Revaz, David Fauquemberg, Pascal Janovjak, Marie-Hélène Lafon, Rafik ben Salah, Joëlle Stagoll, etc.

    ° Un hommage est également rendu à Jacques Chessex.

    ° À découvrir: le nouveau site du Passe-Muraille, et ses blogs, aux bons soins de Mark Pralsky (webdesigner) et de l'équipe du journal, dont Nasma Alamir , Sophie Kuffer et Marie-Christine Pasche. Après dix-sept ans d'existence, notre revue compte d'importantes archives, notamment avec sa collection d'inédits d'auteurs du monde entier, et avec autant d'entretiens. Elles seront peu à peu rendues disponibles, à commencer par les derniers numéros. En outre, une partie de ceux-ci seront consultables en accès direct. Enfin et surtout, l'interactivité permettra à nos lecteurs d'entrer en contact avec nos collaborateurs et de nourir un débat vivant. Plus: un espace dévolu à la création, à l'enseigne de L'Echappée, sera ouvert aux textes  d'auteurs débutants ou confirmés.

    ° À porté d'un clic: http://www.Revuelepassemuraille.ch