UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réfugiés

110287858_10224118683821707_565789722352808728_o.jpg

 

Les enfants des années cinquante
étaient en laine grise,
l’air soumis, et comme en attente,
seuls avec leurs valises.

De grands yeux suppliaient les riches
de les voir dans le noir,
de très grands yeux de maigres biches
le long des long couloirs.

Nous les regardions arriver
sans trop savoir quoi dire;
ils parlaient d’ailleurs l’étranger
sans le moindre sourire...

Ce sont les enfants d’un hiver
qui me fait toujours froid,
et tous leurs yeux, toujours ouverts,
nous attendent là-bas.

Écrire un commentaire

Optionnel