UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Icônes du néant

4232994707.jpg

(Notes d’hosto VIII, à propos des émoticôns et autres commentaires muraux)

25. Si j’écoutais ma moitié hard, je n’en laisserais passer aucun. Ma moitié hard ne plaisante pas avec le langage. Zone sacrée. Ma moitié soft est d’accord pour trouver ce nouveau mode de communication débile, mais elle «fait avec» pour détendre l’atmosphère , style judo, en poussant l’usage de l’émoticôn jusqu’à la saturation comique dans le dérisoire - le pictogramme d’Ubu est une corne au cul ! Donc je reste partagé, en pur natif des Gémeaux. Je considère la symbolique des émoticôns comme l’expression même du degré zéro de l’expression humaine, mais côté cœur je vais ces jours lever le pied...

26. L’icône est, à mes yeux, la plus haute figure du sacré, mais je n’en fais pas une représentation exclusive ni moins encore un insigne culturel univoque. C’est par excellence la figure de l’incarnation, de la chair sublimée et de la beauté sans équivoque. On peut en faire le trafic mais même la spéculation sur sa valeur marchande par les pires voyous lui fait comme un hommage, alors que l’émoticôn en figure l’anéantissement souriant ou singeant les larmes, la colère ou n’importe quoi.

27. Mais les commentaires muraux valent -ils mieux ? Je me le demande après avoir assisté, au seul stimulus d’un «problème de santé», au déferlement soudain de vœux sûrement sincères mais envoyés le plus souvent comme un signe conventionnel de compassion offert, et c’est là que ça coince à mes yeux , à la vue de tous . Or comment virer les commentaires de gens qui vous veulent du bien ? Mais, aussi, comment supporter l’étalage « à vue» de propos tout personnels ? Tel ou telle qui me demande si je «veux parler de mon ressenti »! Et quoi encore ?
Faut-il un moratoire ? Je m'y risque ce matin avec un clin d'oeil: avis aux 4020 « amis » de JLK sur Facebook : tout commentaire à caractère personnel passera désormais par Messenger, seuls seront pris en compte, sévères critiques comprises, ceux qui apportent un élément de contenu au texte publié; les émoticôns et autres stickers sont tolérés au titre de l'humeur libertaire du moment, quoique soumis à modération permanente, etc.

Image: Philip Seelen.

Écrire un commentaire

Optionnel