UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sans fleurs ni couronnes

248888617.jpg
 
(Au chat de Grignan)
 
La mort serait indigne du poète,
dit-on dans les cafés,
ou pire: le poète ne saurait mourir
comme tous nous le faisons
sans rimes ni raisons;
sans déclamer des choses
aux parfums suaves de roses,
serruriers ou fleuristes,
enfants à peine nés
ou présumés artistes -
le Rimbaud de demain ou Mozart
qu'on assassine dans les magazines -
et quoi encore pour augmenter
l’aura de ce quidam
dont on fait soudain tout un drame
parce qu’il a defunté ?
Le poète n’est pas meilleur
que les vers survivants
qui dévoreront ses orbites;
au vrai le poète est ailleurs
s’il dit vrai de ce qui l'habite
par delà les eaux sombres
où l’attendent les dieux
dissipant les pénombres...
 
Image JLK: le chat de Grignan.

Écrire un commentaire

Optionnel