UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ceux qui ont du mal

Soutter160001.JPG

En mémoire de Louis Soutter (1871-1942)


Celui qui baise les mains des pauvres / Celle qui vaque nue à ses occupations ménagères sans se soucier de ses voisins malais / Ceux que paralyse la stupeur dans les jardins de la clinique / Celui qui s’échappe de l’angoisse par des vocalises / Celle qui vend les aquarelles de son frère dans les auberges de l’arrière-pays où commence de se répandre la rumeur que ça pourrait valoir quelque chose plus tard / Ceux qui estiment que le peintre excentrique de l’asile voisin ne devrait pas être autorisé à fréquenter l’église publique / Celui que la Mélancolie étreint depuis l’âge de sept ans / Celle qui prie debout sur le mur du cimetière / Ceux qui n’ont pas été avertis par leur tuteur de la mort de leur père / Celui qui s’achète des cravates voyantes par lots de cent / Celle qui raffole des tenues démodées de son cousin au melon prune / Ceux qui reçoivent les factures des cadeaux onéreux que leur envoie leur neveu Thompson / Celui qui demande volontiers l’impossible même si ce n’est pas français / Celle qui lance une rose bien rose à son ami soliste de l’Orchestre du Kursaal / Ceux qui disent qu’ils ne croient plus en Dieu d’un ton menaçant / Celui dont l’encre noire fait exploser le bouquet de fleurs de la tante Bluette / Celle qui a photographié le tableau de son père avant de le revendre à un prix surfait / Ceux qui se demandent qui est ce gros type élégant à Panama qui vient rendre visite au dingo de l’asile / Celui qui peint des Christs que les paroissiens trouvent trop tristes / Celle qui prend sur ses genoux son grand fils de 33 ans aux sanglots spasmodiques / Ceux qui confisquent le crucifix de la folle qu'ils revendent à la Bonne Puce / Celui qui n’ose pas dire à sa logeuse qu’il n’a jamais connu la Femme au sens biblique / Celle qui pose en deuil pour son frère divorcé dont l’ex se dit veuve / Ceux qui donnent des leçons de musique (guitare Fender et pianola) au fils du jardinier / Celui qui se dit le descendant de Goya par sa mère et par le noir dont il broie lui-même les pigments / Celle qui se sent peu de chose à côté de son cousin marchand de couleurs en gros et vice-président du parti radical / Ceux qui estiment que c’est vers 1904 que le violoniste dingo, qui arrêtait l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR) pour lui faire écouter tel ou tel passage de Beethoven, a raté sa carrière d’interprète pour se lancer dans celle de peintre halluciné / Celui que sa scléose de la choroïde empêche de plus en plus de voir ce qu'il peint au doigt / Celle qui a surmonté le handicap consécutif à l'amputation de sa main droite par le recours à la gauche dont procède l'évolution de sa sculpture à partir de 2017 / Ceux qui écoutent toujours du Beethoven en dépit de leur surdité complète / Celui qui a rencontré la Femme de ses Rêves en pratiquant l'auto-stop dans l'arrière-pays jurassien / Celle qui endure la meurtrissure finale / Ceux qui s'éloignent sur le chemin de fine poussière nacrée / Celui qui caresse le ballon d'enfant qu'il a chipé au petit-fils de l'organiste Ysaïe / Celle qui entend marcher les Lunaires au plafond de la guérite de douanier qu'elle appelle  la Basilique des Lois / Ceux qui se retrouvent dans l'arrière-monde pour y jouer au Nain Jaune, etc.   

Images: Peintures et dessins de Louis Soutter. Louis Soutter, vers 1940.

Soutter22.jpgSoutter17.JPGSoutter33.jpg

Soutter130001.JPG

Commentaires

  • J'aime la douceur de celui-ci des ceux-ci ceux-là.
    Malgré l'angoisse, on se sent bien sur terre et on ne l'échangerait contre aucune des certitudes de ceux-là.
    Sûrement grâce à celui-ci.

  • Celui qui dessine selon la fameuse "ligne claire" du père de Tintin / Celui qui fait provision de blanc de céruse imperméable aux rayons X / Celui qui à chacun de ses voyages augmente sa "mémoire louvrière" qui ne prendra fin qu'avec lui / Celui qui dans ses Notes du Louvre 1902-1903 adopte un point de vue extérieur ou intérieur au tableau / Celui qui peint une nature morte où la pomme penche légèrement vers la gauche, vers les raisins et on en mangerait / Celui qui ne se foule pas en foulant la toile de ses pieds plats enduits de rouge florentin / Celle qui a sa tête des bons jours et sa tête des mauvais jours et des tubes et des poudres à broyer / Celui qui s'en est fait une montagne toute sa vie / Ceux qui finissent par promener tous les jours leur tête aux contours flous / Celles qui sont faites de la même pâte épaisse...

  • Celui qui dessine une série de planches satiriques publiées dans un magazine hebdomadaire français | Celui qui fait provision de mots nouveaux et de leur mode d'emploi | Celui qui aime observer, l'hiver la lune pâle et grimper sur les toits lorsque l'été s'installe, pour jouir encore plus de sa proximité | Celui qui, les pupilles rivées sur un reflet lacté, avance à pas lents, la mine triomphale | Celui qui peint une douzaine de sardines en vert | Celui qui saute dans une flaque pour attraper la lune ronde qui s’y mire, le miroir est brisé, désormais il ne confondra plus l’objet de son désir avec son pâle reflet | Celle qui voit comment le vin rend les Français spirituels et comment le rhum rend les Anglais lourdauds | Celui qui boit du rhum dès le matin | Ceux qui collent des pages de revues mensuelles sur les murs du labyrinthe, et tous les autres

Écrire un commentaire

Optionnel