UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mélancolie du rivage

636510436.JPG
 
 
Tu disais qu’on est peu de chose
dans ta robe de lin:
qu’il suffit de bénir les roses,
et par les bons chemins
faire le tour de ce grand jardin
que le matin la lumière inonde:
le monde, disais-tu -
ne parlons pas de l’immonde...
 
Nous passerons sans trace au ciel,
disais tu sans fiel,
tes colères étant terre à terre;
nous passerons comme rivières
légères et nécessaires,
filant leur eau de pure laine,
passant par les fontaines
ou paressant dans les étangs,
puis se coulant là-bas
dans les bras du grand océan
où bientôt tout s’en va...
 
Cette année-là, c’était la nuit,
nous y étions si bien,
à penser comme ça
sur le sable doux du rivage
que le bel âge est infini...
 
(Peinture: Edvard Munch)

Écrire un commentaire

Optionnel