UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tous en guerre ?

medium_Papillon0001.JPG

(Journal d'un confinement dépassé)

À la Maison bleue, ce 25 mars.- Sous le grand beau ciel hygiénique de ce mercredi matin ouvert à toutes les virtualités de la rêverie pensive et de la personne en construction, j’en viens à penser, non sans mélancolie résignée, que la prétendue Apocalypse en cours n’aura rien appris à l’Oecumène (c’est le terrible Albert Caraco qui parle en ce terme de l’espèce humaine globalisée) majoritairement composé de moutons hagards ainsi que l’abbé Alcofribas Nasier - Rabelais pour les écoles et les guides touristiques -, l’avait établi au temps où sévissaient d’autres épidémies d’époque, et Panurge ne ne se sera jamais confiné dans le rêve avant d’avoir compté sa troupe.

Les savantasses nous avaient déjà tout expliqué, comme aujourd’hui tous les experts et folliculaires de tous bords, et plus encore tout un chacun devenu faiseur d’opinion en flux tendu, à savoir qu’il n’est qu’une Vérité véritable et c’est tous-à-la-maison ou tout le contraire - à chacun sa version -, avec un accent plus étatiquement grave accordé aux sorbonnagres partisans de la vie confinée mais sans exclure la variante des sorbonnicoles prônant la réouverture homéopathique des jardins d’enfants.

D’un jour à l’autre s’établit, à l'avenant, la télé-composition du nouveau traité mondial qu’un esprit taquin eût surnommé La quarantaine pour les nuls , où chacune et chacun réapprendrait dans sa cellule le ba-BA du parler-à l’autre et de l’écoute-plus-attentive, du petit-geste-qui aide et de son remerciement-souriant, comment mieux gérer les kids au giron, comment ne pas cogner les ados ne se lavant pas les mains comme indiqué par le Gouvernement, comment sublimer le nouveau vivre-ensemble et comment le partager au niveau du groupe sur Facebook ou par Skype en apéro-sympa, tout ça très avisé et somme toute encourageant à certain égard et non moins désespérant sous un autre regard.

images-4.jpeg

Albert Caraco se fût réjoui de voir ainsi s’agiter et cogiter ceux et celles qu’il tenait pour des morts-vivants, lui qui ne voyait en la vie qu’une infection générale entretenue par l’œcumène des automates, qu’il quitta en se tranchant les veines après avoir refermé le cercueil de son géniteur.

Mais de qui et de quoi que je parle ce matin ? À l’instant Lady L. sort le chien pour ses 17.000 pas quotidiens et me voici de nouveau plein d’énergie et fort de mon savoir universel pour ranger la vaisselle d’hier soir.

Oui c’est mieux que nous allons vivre et comme jamais: plus jamais morts, croix de bois croix de fer, tous ensemble et solidaires un max dans nos alvéoles printanières - et que je t’apprenne, mon pauvre moi, à apprendre, et puisses-tu comprendre qu’au désert des Tartares la seule guerre se livrait en toi...

 

Écrire un commentaire

Optionnel