UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon Juif errant

17191880007_f72d7d560f_b.jpg

(Notes d’hosto X, à propos des jérémiades compassionnelles absolument sincères de mon ami Michael W.)

31. Mon ami Michael, de passage ces jours à Dien Bien Phû où il fait escale pour se faire une idée « sur le terrain » du pourquoi et du comment de la terrible étripée de 1954, m’engueule par courriel après que je lui ai évoqué en deux mots mes tribulations hospitalières, et ça me fait sourire et plaisir de la part de cette espèce de Juif errant de mon cœur dont la chaleur bourrue vaut son pesant de sincère amitié.
Or, pour me le dire sur le ton de «sentimentalité typique » de sa tribu, le voici qui me roucoule : «Mon Dieu, mais c'est affreux ce qui t'arrive ! Pourquoi sont-ce toujours les meilleurs qui nous quittent en premier ? Dire que tu avais encore tant à nous apporter, tant à contribuer à notre connaissance de la vie, du monde, de la culture. Si je pouvais, je prendrais volontiers ta place pour que tu puisses poursuivre ton œuvre et je prie (Allah, Jésus, Yahvé, le Dalaï, les Elohim, merci de choisir) soit de me prendre à ta place ou alors, de faire le nécessaire pour que tu te promptement rétablisses sans trace ni séquelles. Ah, mais que non ! et en plus, un pontage à l'artère fémorale de la jambe droite. Misère, misère, mais pourquoi ? Pourquoi ?»

32. Lorsque Pierre Desproges nous dit comme ça (en substance) qu’il sent qu’il y a un Juif qui rôde dans le monde, il doit faire allusion à mon ami Michael, qui était sur la côte d’Anatolie lors de notre dernier entretien par mail (il lisait alors le PDF de mon dernier livre), en Chine peu avant auprès de son fils qui y est établi, et dans l’île de Samos quelques mois plus tôt où il a réalisé, en compagnie de sa chère Cécile hypnothérapeute et photographe, un reportage sur les conditions d’accueil et de survie des migrants en Méditerranée, et ça à titre privé, parce que ça le touche - parce que Michael est un homme de cœur.

33. Et le voilà qui en remet une couche pour me revigorer décidément, en me rappelant dans la foulée que je suis né un 14 juin de l’année 1947, le même jour que Che Guevara (en 1928), alors que lui-même a préféré venir au monde le 9 octobre 1947, le jour de la mort du Che (en 1967). Ô coïncidences occultes ! Et de s’exclamer donc : «Tout cela m'afflige, m'attriste, me désole et me lamente, et ce d'autant plus que tu cherches à me confronter à ma propre mortalité. Je pleure en pensant à toi, allongé sur ton lit de misère (…), je pleure sur ce qui aurait pu être moi...
Hosana ὡσαννά הוֹשַׁענָא »…

Peinture: Marc Chagall.

Écrire un commentaire

Optionnel