UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chappaz pour mémoire | Page d'accueil | Les 100 Cervin de JLK »

05/12/2016

Le Royaume


panopticon


Il m’arrive d’être las des murs immaculés du monastère, ma contemplation se lasse jusqu’aux rives de l’ennui, je laisse donc ma cellule et descends par les rues où Satan ne va même plus tant il se sent abandonné, mais au pied des murs tagués on fait des rencontres, Dieu m’est témoin, j’y ai retrouvé le bleu des cieux dans les yeux d’un voyou et de sa voyelle, on s’est raconté nos chutes, eux dans le doute et moi dans la certitude, et je les ai fait sourire quand je leur ai dit qu’ils étaient confiés l’un à l’autre et que ça me sauvait de les savoir au monde même à moitié crevés par la dope…

 

(Extrait de La Fée Valse)

13:40 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : panopticon

Commentaires

Ce texte mais dans sa brièveté me dit une chose importante. Ce balancement entre la solitude d'une interrogation sur Dieu dans une vie monacale, ou dans l'intime, et le grand mélange des êtres, ce tout fouillis d'humanité où s'oublier pour faire ensemble un monde pas trop moche où aimer l'autre tel qu'il est, être attentif et mettre, alors, Dieu dans son sac à dos pour qu'il voit le monde de plus près, les petites choses dans leur tendresse, pour qu'il se glisse dans la misère et la violence pour qu'il sourit aussi. (Ce haut clergé est souvent tellement ennuyeux et raide !) Moi, j'aime bien le "François", tout simple, tout miséreux parce qu'il marche, qu'il rencontre les autres : hommes, bêtes et plantes et j'aime bien ceux qui ne parlent jamais de Dieu mais qui sont solidaires.

Écrit par : christiane | 07/10/2008

... Ils m'offrirent le piccolo et on se mit à picoler, vous nous en direz des nouvelles, me dirent-ils dans une diction embarrassée, de ce petit piccolo léger qui nous fait pousser des ailes...

Écrit par : Michèle | 16/06/2013

On verra, dame Christiane, si le Francisco latino s'élève à la cheville de Francesco santo...

Écrit par : JLK | 17/06/2013

Oh quel bonheur de vous croiser sur le seuil juste avant de partir pour une fugue soleil. Amitiés à tous.

Écrit par : christiane | 18/06/2013

Les commentaires sont fermés.