UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Buzzati en ce moment précis | Page d'accueil | Amos Oz poète de la vie ordinaire »

09/12/2016

Les ombres lumineuses

 

db2bd59dbb4ea805634c71f4929e4a3d.jpg
Constellations poétiques de W.G. Sebald.


Il faut écrire entre le cendrier et l’étoile, disait à peu près Friedrich Dürrenmatt, et c’est la même mise en rapport, sur fond d’intimité cosmique, qu’on retrouve aussitôt dans l’atmosphère même, enveloppante et crépusculaire, du dernier recueil posthume de W.G. Sebald consacré à sept écrivains et artistes ayant pour point commun d’associer le tout proche et le grand récit du temps ou de l’espace, comme l’illustre immédiatement cette splendide évocation du passage de la comète de 1881 sous la plume de l’allumé Johann Peter Hebel, walsérien avant la lettre : « Durant toute la nuit, écrit-il, elle fut comme une sainte bénédiction vespérale, comme lorsqu’un prêtre arpente la maison de Dieu et répand l’encens, disons comme une bonne et noble amie de la terre qui se languit d’elle, comme si elle voulait déclarer : un jour, j’ai aussi été une terre, comme toi pleine de bourrasques de neige et de nuées d’orages, d’hospices, de soupes populaires et de tombes autour de petites églises. Mais mon heure dernière est passée et me voici transfigurée en célesta clarté, et j’aimerais bien te rejoindre mais n’en ai point le droit, pour ne pas être de nouveau souillée par tes champs de bataille. Elle ne s’est pas exprimée ainsi, mais j’en eus le sentiment, car elle apparaissait toujours plus belle et plus lumineuse, et plus elle approchait, plus elle était aimable et gaie, et quand elle s’est éloignée, elle est redevenue pâle et maussade, comme si son cœur en était affecté »…
littérature,poésieCette comète qui passe là haut et nous regarde avec mélancolie me fait penser au saint de Buzzati qui regrette de ne pouvoir tomber de son encorbellement de cristal et rejoindre les jeunes gens en train de vivre de terribles chagrins d’amour dans les bars enfumés, mais une autre surprise m’attendait au chapitre consacré à Robert Walser, mort dans la neige un jour de Noël, comme mon grand-père, et la même année que le grand-père de Sebald, en 1956. Ces coïncidences ne sont rien en elles-mêmes, à cela près qu’elles tissent un climat affectif et poétique à la fois, participant d’une aire culturelle et de trajectoires sociales comparables.
Dans les Promenades avec Robert Walser, Carl Seelig évoque cette Suisse à la fois paysanne et populaire, souvent instruite par les multiples voyages de l’émigration (la Suisse du début du siècle était pauvre, mes quatre grands-parents se sont connus en Egypte où ils travaillaient dans l’hôtellerie), et marquée, comme l’Allemagne du sud, par le mélange des cultures et l’esprit démocrate, l’utopie romantique et le panthéisme, qu’on retrouve dans les univers parcourus par W.G. Sebald. Celui-ci prolonge la tradition des grands promeneurs européens qui va de Thomas Platter, le futur grand érudit descendu pieds nus de sa montagne avec les troupes d’escholiers marchant jusqu’en Pologne, Ulrich Bräker le berger du Toggenburg qui traduira Shakespeare, ou Robert Walser se mettant « pour ainsi dire lui-même sous tutelle », comme l’écrit Sebald, sans cesser de griffonner de son minuscule bout de crayon sous les étoiles…
Une magnifique évocation posthume de W.G. Sebald, par son ami l’artiste Jan Peter Tripp, conclut ces Séjours à la campagne en situant le grand art de l’écrivain dans la tradition des graveurs de la manière noire. « Homme enseveli sous les ténèbres, ce maître du temps et de l’espace dont le regard s’animait au royaume des Ombres, n’était-il pas devenu lui-même, au fil des ans, dans son Royaume mélancolique, une sorte de plante de l’ombre ? D’ailleurs, dans son pays d’adoption, l’Angleterre, la manière noire avait connu au XVIIIe siècle un épanouissement unique, porté par les plus grands artistes. Travailler en partant des ténères pour aller vers la lumière est une question de conscience – ôter de la noirceur au lieu d’apporter la clarté. Aussi l’habitant de l’ombre devait-il ne s’exposer qu’avec précaution à l’éclat de la lumière ».
C’est exactement le processus par lequel Sebald, dans cette suite de plongées dans le temps que constituent ses approches des œuvres de Hebel, Rousseau, Möricke, Keller, Walser ou Tripp lui-même, qui sont à chaque fois des approches de visages engloutis dans la nuit du Temps, révèle progressivement les traits d’une destinée particulière cristallisant les éléments dominants de telle ou telle époque en tel ou tel lieu.
Après la terrifiante traversée de l’Allemagne en flammes, dans Une destruction, Sebald rassemble ici plusieurs avatars de la culture préalpine et du mode de vie propres à l’Allemagne du Sud et à la Suisse, dont un élément commun est cette Weltfrömmigkeit (une sorte de métaphysique naturelle ou de mystique panthéiste assez caractéristique du romantisme allemand) qu’il trouve chez Gottfried Keller, dont le chapitre qu’il lui consacre, autour de Martin Salander et d’Henri le Vert, est une pure merveille.

Je n’en retiendrai que cette mise en évidence d’une scène emblématique d’Henri le Vert, aussi profondément poétique que l’évocation proustienne des livres de Bergotte survivant à celui-ci dans une vitrine à la manière d’ailes déployées, où l’on voit Henri ajuster, sur le cercueil de sa cousine Anna, une petite fenêtre de verre sur laquelle, en transparence, il découvre le reflet d’une gravure de petits anges musiciens. Et Sebald de préciser aussitôt : « La consolation qu’Henri trouve dans ce chapitre de l’histoire de sa vie n’a rien à voir avec l’espérance d’une félicité céleste (…) La réconciliation avec la mort n’a lieu pour Keller que dans l’ici-bas, dans le travail bien fait, dans le reflet blanc et neigeux du bois des sapin, dans la calme traversée en barque avec la plaque de verre et dans la perception, au travers du voile d’affliction qui lentement se lève, de la beauté de l’air, de la lumière et de l’eau pure, qu’aucune transcendance ne vient troubler »…
W.G. Sebald. Séjours à la campagne. Traduit de l’allemand par Patrick Charbonneau. Actes Sud, 200p.


19:58 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : littérature, poésie

Commentaires

J'explorais.......Merci pour vos mots de bienvenue! Démarrer sur l'aigreur d'Angelo crée des liens!!!
J'ai lu il y a peu le magnifique "Austerlitz". Sebald et ses petits dessins....
Un autre "promeneur" européen, Claudio Magris?
J'avais aimé son recueuil de chroniques ( publiées dans le Corriere della Sera entre 81 et 2000) intitulé "Déplacements". Je le cite: " le but du voyage, ce sont les hommes, voyager, c'est se confronter à l'Histoire et à ses variantes".
Bonne journée de lecture, chez moi la nuit tombe!

Écrit par : Marie | 04/09/2006

Mais d'où nous écrivez-vous donc, Marie, pour que la nuit tombe au moment où elle se retire chez nous ? De Magris, justement j'ai sur ma table Trois Orients, qui vient de (re)para'itre en Rivages poche. Je crois bien que je vais m'y embarquer. Allez j'essaie de deviner: Trois-Rivières ou l'Ontario français ? Ou peut-être Yale où vous enseignez ? Ou l'île Maurice. Peut-être la vraie Désirade ? Ah mais il faut que je jette un oeil sur mes fuseaux horaires, bonne nuit en attendant...

Écrit par : JLK | 04/09/2006

La nuit tombe chez moi, alors que le soleil se lève chez vous ( du moins en cette saison....) , parce que nous sommes à l'opposé de la planète JLK, mais juste géographiquement. L'Océanie. Et plus prosaïquement, Tahiti et la Polynésie française.
Et je n'enseigne pas du tout je lis, c'est tout. Mais c'est essentiel.
En fait, je viens de découvrir votre dernier message. Mon métier est d'accompagner les Katia et autres. Dans un sens ou dans un autre. Parlez lui. C'est un conseil qui semble almodoravien, mais qui fait partie de mon quotidien.
La vie, jusqu'au bout, avec tout ce qui fait notre univers.

Écrit par : Marie | 04/09/2006

C'est ce que nous faisons, gentille Marie: nous lui parlons. J'ai raconté par le détail la veille de ma mère dans un texte intitulé Que la mort n'existe pas, formant la conclusion d'un livre intitulé Les passions partagées. Je vous le remets en ligne visible, rien que pour vous...
Ah la Polynésie, elle apparaît dans le dernier chapitre du roman que j'ai fini hier, où il est question du rêve des Samoa auquel a renoncé l'un de mes trois personnages de très très très vieilles dames au très très très jeune coeur...

Écrit par : JLK | 04/09/2006

Les commentaires sont fermés.