UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

À la très humble vanité

CARICATURE POETE.JPG

(Sotie sardonique au souvenir d’Audiberti)

 

Le poète dans le miroir
se regarde marcher
vers une très humble gloire,
pense-t-il en prenant la pose;
et l’idée d’une rose
au rose tout moiré de moires,
et moite d’humilité,
lui descend comme ça du ciel
où les muses et les appareils
à sonder l’infini
toujours ont mêlé leurs outils.

Aussi le poète, imbibé
de liqueurs et de cris,
se croit-il désigné,
comme c’est écrit dans ces écrits
où la pose et la rose
se mirent aux moires du miroir
dont la queue n’est pas d’une poire...

 

(Il y a bien cinquante ans, là,
que je te lis et te relis:
Race des hommes, race marrie,
disais-tu, cher Audiberti...)

Écrire un commentaire

Optionnel