UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Au corps ignorant | Page d'accueil | Larmes de glace »

01/04/2017

Matinale

Vernet40.JPG
 

À l’aquarelle le matin

tes yeux dans les miens diluent

des dunes, des lunes, des lointains ;

 

des bribes de rêves entre nous

font comme des ombres bleues

dans les yeux des enfants qui jouent.

 

Je voudrais rester dans tes bras,

que longtemps s’écoulent les heures,

que le temps ne se brise pas

aux arêtes de la douleur.

 

(19 mars 1989)

19:37 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.