UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Cavalier calme et droit | Page d'accueil | Alain Cavalier regarde Bonnard »

30/01/2017

Oraison profane

medium_Widoff11.2.JPG
La rencontre, un chant d’amour d’Alain Cavalier, avec Françoise Widhoff.
Ce sont deux voix d’un homme et d’une femme, Elle et Lui. Elle a l’élocution candide d’une femme-enfant et lui d’un amant-trouvère, ils ne se montrent pas mais on voit les objets et les lieux de leur vie, et leurs mots cristallisent en constellation de sensations et d'émotions et en récit alterné où la beauté des choses ne cesse d'irradier.
medium_Widoff10.JPGOn voit un daurade royale, une petite pierre dont Il lui a fait cadeau tout au début, leurs montres qu’ils ont échangées tout au début aussi, aux temps légèrement décalées, mais leur chiffre à tous deux est le 7 apprend-on en découvrant le minuscule squelette ivoirin de la cervelle d’une hirondelle de mer, une tête de Bouddha thaïlandais et un bocal rempli des billes qu’une petite fille du cinquième dessus balance dans la cour par manière de déclaration d’amitié à Françoise. Lorsque les billes roulent sur la table, cela fait un bruit de billes roulant sur une table, et c’est en son direct comme un subtil fracas.
« L’âme doit courir comme comme une eau limpide », dit-Elle, et l’on voit un nombril, un pied massé par le conjoint qui l’oint du même coup, deux paires de lunettes tandis qu’Elle évoque le tonnerre qu’on entend au moindre bruit quand on sort de se faire opérer de l’ouïe, comme cela l’attend Lui, puis on voit un lit d’Istamboul aux proportions idéales qui donne au couple en voyage la juste mesure de celui qu’ils se feront faire au retour, la photographie d’un très bel homme russe (le père d’Elle, mort quand elle avait huit ans), et les chaussures de son père à Lui, qui se voit déclinant et se dit crânement sans peur de l’enfer.
medium_Widoff7.3.JPGmedium_Widoff8.3.JPGLorsque Lui retourne dans la ville de son enfance, il se dit pensant à Elle qu’il lui ramènera le bleu d’un certain vitrail de l’église du lieu, mais sa petite caméra capte mal ce bleu-là, ainsi rapporte-t-il plutôt des images de la chambre solitaire aux vitrages de guipure où il passe la nuit sans Elle, après avoir lu sa page et demie d’Arsène Lupin, ce frais inducteur de sommeil qu’Elle lui a fait découvrir.
medium_Widoff2.2.JPGmedium_Widoff15.JPGL’inventaire est un sacre, une fois de plus, et le détail reflète le monde. Mais encore faut-il le voir, le capter, le traduire et le traduire en cinéma, ce détail, qui soit donc à la fois parole et mouvement, musique pour l’oreille et pour l’œil, cadrages à la fois simples et savants, montage enfin qui fait vivre le tout en le coulant dans une seule forme. Et c’est un escargot glissant sur un corps nu, un œil ou une poubelle scellée, neuf portes pour approcher un secret, un oiseau mort, les tomates ou les fleurs bleues du jardin qu’Elle a planté dans une arrière-cour, son père à Lui qui ronchonne (« mais qu’est-ce donc que tu filmes ô couillon de la lune enfarinée ? »), et Lui répond : « Je ne sais pas, ô papa », et Elle alors de remarquer que ce film montré à tous leur prendra ce qui n’était qu’à eux deux, mais tel est son prédateur de poète, telle est cette oraison lustrale d’Adam et Eve se filmant autour de leur chambre, laquelle s’ouvre au monde en se délivrant du contingent pour en devenir le symbole, telle est La rencontre d’Alain Cavalier.
Le film date de 1996 et se retrouve reprise sur l’Intégrale autobiographique de ce grand poète du cinématographe, qui vient de paraître en DVD avec Le filmeur, Ce répondeur ne prend pas de messages et huit suppléments d’une durée de 43 minutes : La petite usine à trucages, La danseuse est créole, Chat du soir, Bombe à raser, La fille de Brioche, J’attends Joël, Agonie d’un melon et Bec d’oiseau en plexiglas.
Alain Cavalier. Intégrale autobiographique. 3 films, 2 DVD, 1 livret. Pyramide.

medium_Widof12.JPG

21:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : littérature, cinema, poesie

Commentaires

De Cavalier je connais surtout, comme beaucoup,Thérèse mais le film qui m'a vraiment marquée est Libera me. Littéralement stupéfiant.

Écrit par : m a r i e | 15/10/2007

D'humeur chipoteuse ce soir. Je me demande si je n'aurais pas préféré ivoréen à ivoirin (à défaut de chryséléphantin, un adjectif précieux, délicieux.. que j'adore mais hum vraiment très difficile à placer dans une conversation ;)!)

Écrit par : m a r i e | 15/10/2007

Bonjour,


Je suis un ami de David Collin.

Je me suis permis de faire écho à votre travail passionnant sur mon blog. je serais heureux honoré si, à votre tour, vous évoquiez en lien "Le cabinet de curiosités d'Éric Poindron".

Nous pourrions en profiter, pour bavarder ou échanger des sujets et des informations.

Qu'en pensez-vous ?

Restant à votre service et au plaisir de vous lire

Très cordialement.


Eric Poindron

LES ÉDITIONS DU COQ À L'ÂNE
45 bis rue de Talleyrand - 51100 Reims
T - 03 26 04 49 95 - F -03 26 04 00 11
M - 06 19 86 79 28 - 06 15 31 37 46

www.ducoqalane.net

Le Cabinet de curiosités d'Éric Poindron

http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites

Écrit par : Poindron Eric | 17/10/2007

Merci pour les cordialites. Le lien se fera sous peu.

Écrit par : Fellow | 19/10/2007

A vous lire, je ne peux plus douter que je m'offrirai cette "Intégrale Autobiographique" d'Alain Cavailier...

Écrit par : D&D | 25/08/2008

Les commentaires sont fermés.