UA-71569690-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Encres et fumées

    Présent.jpg

     

    Le petit ouvrier des lettres
    se lève tôt matin,
    et tout de suite au clavecin
    se la joue Grand Prêtre.

    La plus haute solennité
    est en effet requise
    de qui veut tirer du saké
    de la grise banquise.

    Il y faut tout un fourniment
    et tout un outillage
    de tours et de trucs d’artisans
    utiles au beau ramage.

    Il y faut l’encre et le pinceau,
    les Japonais le savent,
    et les Chinois au jeu de Go
    opinent en vieux sages.

    L’encre est en somme la mer
    aux cheveux bleus et verts,
    plus vieille que le vieil Homère,
    plus légère que l'air.

    Quant au pinceau c’est un stylo
    aux mains de l’écolier,
    ou à celles de la dactylo,
    le studieux clavier.

    Le pinceau vert dans l’encre bleue
    du plus infime des lettrés
    tire d’un cendrier
    cette voûte tout étoilée
    où vont fumant les dieux.